Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog brunomagniez par : bruno
  •   le blog brunomagniez par : bruno
  • : Blog pour tous les passionnés du Brésil : actualités économiques, sociales et politiques.
  • Contact

Profil

  • bruno magniez

CV

Bruno MAGNIEZ

 
Email : bmagniez@netcourrier.com

 

Docteur en Sciences Economiques

 

Thèse de doctorat Université de Picardie Jules Verne (octobre 2001) :

-          « La place du secteur informel dans l’économie brésilienne : une étude centrée sur le commerce de rue à João Pessoa »
- Thèse sous la direction de B.Lautier, Professeur Université de Paris-I, Panthéon-Sorbonne. Mention très honorable.

-          Jury de thèse : Philippe Hugon, Jaime Marques Pereira, Christian Azais, Bruno Lautier, Christian Palloix


 

Professeur de Sciences Economiques et Sociales


Recherche

9 juillet 2011 6 09 /07 /juillet /2011 17:17

Un pont relie désormais la France au Brésil, pays avec lequel – le fait est peu connu – elle partage sa plus longue frontière terrestre, plus de 700 kilomètres de bout en bout, dont plus de 400 au long de l’Oyapock. C’est sur ce fleuve que le pont est en construction, à la suite d’une décision qui relève plus de la géopolitique que d’une quelconque logique économique.

La genèse du pont

Ce pont à haubans de 378 m de longueur comportera deux voies de 3,50 m de largeur et deux voies mixtes séparées pour piétons et cyclistes. Le tirant d’air minimal sous le tablier est de 15m, et les deux pylônes culminent à 83 m de hauteur. Les travaux sont déjà bien avancés puisque le samedi 28 mai, vers 22h30, la jonction entre les deux tronçons du tablier a été effectuée, actuellement les travaux sur les voies d’accès à Saint Georges de l’Oyapock (côté français) et Oiapoque (côté brésilien) se terminent. Cela ne veut pas dire que le pont doive être ouvert très prochainement à la circulation, selon Jean-Paul Le Pelletier, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Guyane, il faudra attendre encore un bon moment pour que l’ouvrage soit opérationnel. Si les maîtres d’œuvre du pont estiment qu’ils devraient terminer les finitions (enrobé, glissières, signalisation…) autour du mois de juillet,. l’inauguration officielle ne se fera pas avant septembre – sa date dépendra des calendriers politiques des dirigeants français et brésiliens – et l’ouverture à la circulation pourrait ne pas se faire avant début 2012.

 

Granger-30-4-111

 

La genèse de ce pont a été longue. Lors de sa rencontre à Saint-Georges de l’Oyapock, le 25 novembre 1997, avec le président brésilien Fernando Henrique Cardoso Jacques Chirac avait déclaré « nous avons évoqué naturellement la route. J’ai dit au Président Cardoso que, grâce notamment aux autorités départementales, les choses étaient bien parties et que l’an 2000 ne serait pas franchi sans que l’on puisse aller du Venezuela à Buenos Aires par la route et sans difficulté, il s’en est réjoui ».

 

En réalité, l’aménagement du franchissement n’a été confirmé par le comité interministériel d’aménagement et de développement du territoire (CIADT) que le 18 décembre 2003, et l’accord franco-brésilien relatif à la construction d’un pont sur le fleuve Oyapock et de la liaison routière reliant la Guyane et l’État de l’Amapa n’a été signé que le 15 juillet 2005, à l’occasion de la visite du président Luiz Inácio Lula da Silva en France. Cet accord a ensuite été ratifié par le Brésil en 2006 et par la France par une loi du 18 janvier 2007.

 

Le contexte régional

Pourquoi un pont aussi grandiose alors que l’on n’attend qu’un trafic très limité, qui aurait très probablement pu être absorbé sans difficulté – à un coût infiniment moindre – en renforçant le service des bacs qui assuraient déjà la traversée ? Cela ne s’explique que dans une perspective géopolitique régionale de liaison entre le Brésil et ses voisins du Nord.

 

Ces voisins se sont longtemps méfiés de son expansionnisme, notamment la France qui s’est abstenue de construire la liaison routière de 80 km entre Régina (déjà reliée à Cayenne) et Saint Georges de l’Oyapock. Ce n’est que plusieurs années après le retour de la démocratie au Brésil, après la période de la dictature militaire (1964-1985) que les travaux ont été entrepris, et ils n’ont été achevés qu’en 2003. Avec leur conclusion, l’axe RN1 / RN2 assure désormais la liaison sur 450 kilomètres entre Saint Laurent du Maroni et la frontière du Surinam, à l’Ouest, et Saint Georges de l’Oyapock et la frontière brésilienne, à l’Est. Avec la construction du pont, la route côtière constitue donc désormais un maillon d’une « panaméricaine atlantique », doublant celle qui parcourt le continent, sur le versant Pacifique, de la Terre de Feu à l’isthme de Panama. Il faut toutefois noter que le Brésil n’avait pas attendu pour se doter d’une autre sortie vers les Caraïbes, l’ouverture de la route BR174, Manaus – Caracas permettant déjà la liaison Venezuela – Buenos Aires que Jacques Chirac imaginait passant par la Guyane.

 

Mais cet axe guyanais n’est pas pour autant inutile pour le Brésil, il est inclus dans les projets d’aménagement à l’échelle continentale sous le nom d’« Arc Nord », rejoignant l’axe de la BR174 à l’ouest. Cet axe ne rejoint toutefois pas Belém et l’axe amazonien du côté oriental, il reste un obstacle à franchir entre Macapá et Belém, la vallée de l’Amazone. On peut se faire une idée des distances en question si l’on se rappelle que l’île de Marajó, qui en occupe l’embouchure, a sensiblement la taille – 40 000 km2 – des Pays Bas…

 

Inquiétudes

 

Un-pont-en-partage-entre-Guyane-et-Bresil_article_popin.jpg

 

Tout ne va pourtant pas pour le mieux car, en Guyane, le pont inquiète certains : « Oiapoque est l’une des portes d’entrée des Brésiliens vers la Guyane. De fait, l’ouvrage est perçu comme un vecteur d’invasion », explique Frédéric Piantoni spécialiste des questions migratoires guyanaises à l’Institut de recherche et de développement, cité par Viviane Thivent. Celle-ci ajoute que « selon les sources, les estimations varient de 10 000 à 40 000. En septembre 2009, le Consul du Brésil à Cayenne a donné les chiffres suivants : de 8 000 à 10 000 Brésiliens en situation régulière et 10 000 à 12 000 illégaux, soit environ 22 000 Brésiliens (10% de la population). Ce chiffre est néanmoins jugé comme un seuil minimum. Les estimations plus communément avancées font état de 20% de Brésiliens en Guyane dont la plupart travaillent non pas dans l’orpaillage mais dans les travaux publics et les gardes d’enfants ».

 

On peut aussi avoir des doutes sérieux sur l’utilité économique de la nouvelle liaison routière « Ce pont est avant tout un symbole, celui de la relance des relations franco-brésiliennes. Il est donc le fruit d’une décision politique et non celui d’un besoin socio-économique local… ou régional », explique Madeleine Boudoux d’Hautefeuille. La Guyane et l’Amapa présentent des profils géographiques relativement similaires (économie du bois). Du coup, ces deux territoires n’ont pas grand chose à échanger à l’échelle régionale ». Les échanges commerciaux ne sont donc sans doute pas pour demain. « La seule chose qui risque de transiter par le pont, c’est la police des frontières, regrette Françoise Grenand. On imagine qu’un pont sert à relier, mais celui-ci est en train de tirailler ces deux petites communes de Saint-Georges et d’Oiapoque. Ce pont devait relier, réduire les distances mais il est en train d’écarter le fleuve et de transformer la région en frontière, chose qu’il n’a jamais été jusque-là. C’est le paradoxe de ce pont ».

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by bruno magniez
commenter cet article

commentaires