Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog brunomagniez par : bruno
  •   le blog brunomagniez par : bruno
  • : Blog pour tous les passionnés du Brésil : actualités économiques, sociales et politiques.
  • Contact

Profil

  • bruno magniez

CV

Bruno MAGNIEZ

 
Email : bmagniez@netcourrier.com

 

Docteur en Sciences Economiques

 

Thèse de doctorat Université de Picardie Jules Verne (octobre 2001) :

-          « La place du secteur informel dans l’économie brésilienne : une étude centrée sur le commerce de rue à João Pessoa »
- Thèse sous la direction de B.Lautier, Professeur Université de Paris-I, Panthéon-Sorbonne. Mention très honorable.

-          Jury de thèse : Philippe Hugon, Jaime Marques Pereira, Christian Azais, Bruno Lautier, Christian Palloix


 

Professeur de Sciences Economiques et Sociales


Recherche

13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 14:20

cddBrazil000_Mvd1675358_0.jpg

 

Au Brésil, une nouvelle monnaie est en circulation depuis la semaine dernière dans une favela de Rio : le CDD.

CDD, comme «Cité de Dieu» en français. Le nom de cette favela de la banlieue de Rio de Janeiro immortalisée dans le film brésilien éponyme, qui a fait le tour de la planète et gagné plusieurs Oscars.

Cette nouvelle monnaie, indexée sur le réal brésilien, a été lancée par la mairie de Rio. Objectif, booster l'économie vacillante de la favela, en incitant les habitants à dépenser leur argent sur place.

 

C’est une initiative du Secrétariat au développement économique et solidaire de la préfecture de Rio. L’objectif est que la richesse produite au sein de la communauté ne sorte pas, et soit réinvestie dans le commerce local.

 

Ce matin, les habitants défilent au siège de la banque communautaire de la Cité de Dieu, un petit bâtiment bleu qui abrite la nouvelle banque de la favela. Certains viennent par curiosité, comme Maria, 47 ans, pour voir les nouveaux billets : « J’essaie, pour voir ce que ça donne, et puis c’est intéressant qu’on ait notre monnaie ». Dès 10h30, Alain, 13 ans, vient changer 1 R$, pour aller faire la queue pour le déjeuner au restaurant communautaire : « Là-bas, ils l’acceptent déjà, et je suis fier d’avoir un billet avec écrit Cité de Dieu dessus ».

 

 

cdd-photo.jpg


Première banque communautaire à Rio
Soixante deux banques communautaires existent déjà au Brésil. Mais c’est la première à Rio. Près de 3000 R$ sont déjà en circulation dans la communauté. Il existe cinq billets, de 0,50, 1, 2, 5 et 10R$, avec les visages imprimés de personnalités qui représentent la communauté. Même si la Cidade de Deus est « pacifiée » par une UPP depuis 2009, Lucinha, qui représente les habitants, explique que la sécurité de la banque est « auto gérée », et que « Si Dieu le veut bien, tout se passera bien ». Un réal égale un CDD, mais le pouvoir d’achat en CDD est supérieur grâce des réductions de 5 à 10% selon les commerces. Parfois, le consommateur gagne un billet de loterie. Dans la rue Josias, le supermarché « Rainha » accepte déjà les CDD. « On rend la monnaie en réals si besoin, cela fonctionne bien et c’est bon pour notre commerce », selon Helder le responsable, qui montre les réductions de 5% sur les tongues Ipanema, le sucre, le café… L’objectif est d’inciter les habitants à consommer sur place et à valoriser le commerce local. L’économie informelle des « motoboys », marchands d’ails, vendeurs de « cocada » et autres douceurs sucrées accepte aussi le CDD.

 

Autre expèrience menée à Fortaleza : utilisation du Palmas comme monnaie

 

 

 

REPORTAGE : dans une Favela brésilienne. A Conjunto Palmeiras on utilise sa propre monnaie, le Palmas. C'est l'initiative d'une banque locale et c'est une réussite.

 

Pourquoi une telle initiative dans la Cité de Dieu à Rio  ?
Selon Marcelo Da Costa, le Secrétaire au développement économique et solidaire, il faut protéger la Cité de Dieu des grandes entreprises qui n’y voient qu’un marché de niche pour vendre leurs produits et s’en aller, sans respecter la réalité locale. La « Cidade de Deus » est une communauté éloignée des grands centres de consommation de Rio, et donc, « il faut y implanter une technologie sociale spécifique, qui ne marcherait pas à Dona Marta à Botafogo ou au Complexo do Alemão, car ce sont des réalités géographiques et sociales différentes ». Cette initiative ne risque-t-elle pas d’enfermer les habitants ? « Non, car il suffit de changer des CDD en réals et de les dépenser ailleurs », justifie Lucinha, « et les habitants sont fiers que l’on parle d’eux pour autres choses que le film « la Cité de Dieu » qui colle à leur communauté une image indélébile de violence et de chaos ». « Comme un nouveau né, il faut protéger l’économie de la CDD, pour qu’un jour elle puisse être comparable à celle d’autres quartiers », avance Marcelo da Costa.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by bruno magniez
commenter cet article

commentaires