Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog brunomagniez par : bruno
  •   le blog brunomagniez par : bruno
  • : Blog pour tous les passionnés du Brésil : actualités économiques, sociales et politiques.
  • Contact

Profil

  • bruno magniez

CV

Bruno MAGNIEZ

 
Email : bmagniez@netcourrier.com

 

Docteur en Sciences Economiques

 

Thèse de doctorat Université de Picardie Jules Verne (octobre 2001) :

-          « La place du secteur informel dans l’économie brésilienne : une étude centrée sur le commerce de rue à João Pessoa »
- Thèse sous la direction de B.Lautier, Professeur Université de Paris-I, Panthéon-Sorbonne. Mention très honorable.

-          Jury de thèse : Philippe Hugon, Jaime Marques Pereira, Christian Azais, Bruno Lautier, Christian Palloix


 

Professeur de Sciences Economiques et Sociales


Recherche

26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 17:35

3691911593-les-secrets-reveles-du-metissage-la-bresilienne.jpg

 

 

Nation métisse par excellence et fière de l'être, le Brésil possède un mélange humain encore plus réussi qu'il ne le pensait. Tel est le principal enseignement de l'étude scientifique coordonnée par le généticien brésilien Sergio Danilo Pena, de l'université du Minas Gerais et publiée dans la revue PLoS (www.plosgenetics.org). Cette enquête visait à déchiffrer les traits ancestraux de la population brésilienne à travers l'examen des gènes d'un échantillon d'un millier de personnes.

 

Principale surprise : chez tous les Brésiliens, quelle que soit la couleur de leur peau, prédomine un héritage génétique européen. Il représente, selon les régions du pays, entre 60 % dans le Nord-Est et 77 % dans le Sud des gènes humains.

 

Même les Brésiliens qui se définissent comme 'noirs' - l'une des cinq 'couleurs ou races' retenues par les statistiques officielles - ont une forte 'ancestralité' européenne. C'est le cas des Afro-Brésiliens de l'Etat de Bahia, dans le Nordeste, dont le patrimoine génétique est européen à 54 %. Métissage oblige, les gènes européens des mulâtres vivant dans le nord du pays sont encore plus nombreux (68 %).

 

Dans le passé, les ethnologues se contentaient de classer les Brésiliens selon la couleur de leur peau. En ajoutant quelques catégories, correspondant au fruit d'unions interethniques : dans Tristes tropiques, Claude Lévi-Strauss mentionne notamment les mestiços, croisés de Blanc et de Noir, les caboclos, de Blanc et d'Indien, et les cafusos, d'Indien et de Noir.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by bruno magniez
commenter cet article

commentaires