Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog brunomagniez par : bruno
  •   le blog brunomagniez par : bruno
  • : Blog pour tous les passionnés du Brésil : actualités économiques, sociales et politiques.
  • Contact

Profil

  • bruno magniez

CV

Bruno MAGNIEZ

 
Email : bmagniez@netcourrier.com

 

Docteur en Sciences Economiques

 

Thèse de doctorat Université de Picardie Jules Verne (octobre 2001) :

-          « La place du secteur informel dans l’économie brésilienne : une étude centrée sur le commerce de rue à João Pessoa »
- Thèse sous la direction de B.Lautier, Professeur Université de Paris-I, Panthéon-Sorbonne. Mention très honorable.

-          Jury de thèse : Philippe Hugon, Jaime Marques Pereira, Christian Azais, Bruno Lautier, Christian Palloix


 

Professeur de Sciences Economiques et Sociales


Recherche

21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 15:40

Maria das Graças Silva Foster prend aujourd'hui les rênes du champion brésilien. Après des résultats décevants en 2011, elle doit redresser la situation. Petrobras Flag

Augmenter la production, contrôler les coûts pour améliorer les comptes, surmonter le manque de certains équipements : Maria das Graças Silva Foster, l'ingénieure chimiste qui prend aujourd'hui les commandes de Petrobras, se retrouve confrontée à une sérieuse série de défis.

Trente-quatre ans après y avoir effectué son premier stage, elle devient la première femme à diriger une grande compagnie pétrolière dans le monde(Lire Petrobras, premier géant du pétrole bientôt dirigé par une femme). Avec un objectif : remettre le champion brésilien sur la voie de la croissance. Car si les gisements découverts ces dernières années par Petrobras dans les eaux ultra-profondes du Brésil paraissent immenses, les performances de l'entreprise publique restent pour l'heure en deçà des attentes.

Résultat net divisé par deux

C'est ce qu'on montré les résultats publiés la semaine dernière. Au dernier trimestre, le résultat net a été divisé par deux, à 5 milliards de reais (2,9 milliards de dollars), malgré une progression du chiffre d'affaires de 15% et une hausse de l'excédent brut d'exploitation de 5%. Sur l'ensemble de l'année, Petrobras a engrangé un bénéfice net de 33,3 milliards de reais, en repli de 5%. Le directeur financier Almir Barbassa a eu beau décrire Petrobras comme un « navire à grande vitesse, en pleine phase de croissance», le titre Petrobras a bu la tasse, chutant de 8% vendredi.

La détérioration des résultats s'explique par la pression des coûts et par la variation du taux de change, selon Petrobras. La production a également été amputée de quelque 40.000 barils par jour en raison d' « arrêts non programmés » de certaines plateformes, afin de satisfaire aux nouvelles exigences de sécurité après la marée noire d'avril 2010 aux Etats-Unis. « Les questions de sécurité sont abordées de façon différente. Ces arrêts de production ont été déterminés par l'Agence nationale du pétrole », a expliqué Guilherme Estrella, le directeur de l'exploration et de la production, qui prévoit de nouvelles interruptions de ce type au cours de cette année.

La production stagne

Conséquence : la production de pétrole stagne. Elle demeure proche des 2 millions de barils par jour, alors que l'objectif 2011 avait été fixé à 2,1 millions de barils par jours, et que Petrobras a lancé l'an dernier un ambitieux plan de 225 milliards de dollars afin d'augmenter la production de pétrole à 3 millions de barils par jour en 2015, et plus de 6 millions en 2020... Petrobras pourrait alors devenir le numéro trois mondial de l'or noir.

Le président sortant José Sergio Gabrielli a aussi souligné les déficiences de l'industrie locale, qui peine à répondre à la demande de Petrobras. Le groupe doit acheter 65% de ses commandes localement, mais il se retrouve face à une pénurie de produits en acier, de certaines turbines, etc. Un point de blocage que Graça Foster devra lever pour que le paquebot Petrobras puisse atteindre sa vitesse de croisière.

 

Augmenter la production, contrôler les coûts pour améliorer les comptes, surmonter le manque de certains équipements : Maria das Graças Silva Foster, l'ingénieure chimiste qui prend aujourd'hui les commandes de Petrobras, se retrouve confrontée à une sérieuse série de défis.

 

288531 0201895662914 web

 

Trente-quatre ans après y avoir effectué son premier stage, elle devient la première femme à diriger une grande compagnie pétrolière dans le monde(Lire Petrobras, premier géant du pétrole bientôt dirigé par une femme). Avec un objectif : remettre le champion brésilien sur la voie de la croissance. Car si les gisements découverts ces dernières années par Petrobras dans les eaux ultra-profondes du Brésil paraissent immenses, les performances de l'entreprise publique restent pour l'heure en deçà des attentes.

Résultat net divisé par deux

Petrobras-New-CEO-Welcomes-Finnish-Delegation.jpg

 

C'est ce qu'on montré les résultats publiés la semaine dernière. Au dernier trimestre, le résultat net a été divisé par deux, à 5 milliards de reais (2,9 milliards de dollars), malgré une progression du chiffre d'affaires de 15% et une hausse de l'excédent brut d'exploitation de 5%. Sur l'ensemble de l'année, Petrobras a engrangé un bénéfice net de 33,3 milliards de reais, en repli de 5%. Le directeur financier Almir Barbassa a eu beau décrire Petrobras comme un « navire à grande vitesse, en pleine phase de croissance», le titre Petrobras a bu la tasse, chutant de 8% vendredi.

La détérioration des résultats s'explique par la pression des coûts et par la variation du taux de change, selon Petrobras. La production a également été amputée de quelque 40.000 barils par jour en raison d' « arrêts non programmés » de certaines plateformes, afin de satisfaire aux nouvelles exigences de sécurité après la marée noire d'avril 2010 aux Etats-Unis. « Les questions de sécurité sont abordées de façon différente. Ces arrêts de production ont été déterminés par l'Agence nationale du pétrole », a expliqué Guilherme Estrella, le directeur de l'exploration et de la production, qui prévoit de nouvelles interruptions de ce type au cours de cette année.

La production stagne

Conséquence : la production de pétrole stagne. Elle demeure proche des 2 millions de barils par jour, alors que l'objectif 2011 avait été fixé à 2,1 millions de barils par jours, et que Petrobras a lancé l'an dernier un ambitieux plan de 225 milliards de dollars afin d'augmenter la production de pétrole à 3 millions de barils par jour en 2015, et plus de 6 millions en 2020... Petrobras pourrait alors devenir le numéro trois mondial de l'or noir.

Le président sortant José Sergio Gabrielli a aussi souligné les déficiences de l'industrie locale, qui peine à répondre à la demande de Petrobras. Le groupe doit acheter 65% de ses commandes localement, mais il se retrouve face à une pénurie de produits en acier, de certaines turbines, etc. Un point de blocage que Graça Foster devra lever pour que le paquebot Petrobras puisse atteindre sa vitesse de croisière.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by bruno magniez
commenter cet article

commentaires