Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog brunomagniez par : bruno
  •   le blog brunomagniez par : bruno
  • : Blog pour tous les passionnés du Brésil : actualités économiques, sociales et politiques.
  • Contact

Profil

  • bruno magniez

CV

Bruno MAGNIEZ

 
Email : bmagniez@netcourrier.com

 

Docteur en Sciences Economiques

 

Thèse de doctorat Université de Picardie Jules Verne (octobre 2001) :

-          « La place du secteur informel dans l’économie brésilienne : une étude centrée sur le commerce de rue à João Pessoa »
- Thèse sous la direction de B.Lautier, Professeur Université de Paris-I, Panthéon-Sorbonne. Mention très honorable.

-          Jury de thèse : Philippe Hugon, Jaime Marques Pereira, Christian Azais, Bruno Lautier, Christian Palloix


 

Professeur de Sciences Economiques et Sociales


Recherche

26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 19:00

La présidente Dilma Rousseff  assure que le Brésil est « blindé » contre une contagion de la crise financière internationale.

 

A contre-courant de l’optimisme des discours officiels, Pierre Salama estime que les économies d’Amérique latine continuent à être menacées par la crise qui touche l’Europe et les Etats-Unis, deux débouchés traditionnels de la région. En outre, les exportations vers la Chine ne sont pas une panacée.

 

 

Economiste français, professeur émérite des universités, grand connaisseur de l’Argentine, du Brésil et du Mexique, comparatiste éclairé, Pierre Salama voit poindre des symptômes préoccupants.

« Au Brésil, la production industrielle a chuté de 1,6 % entre septembre 2010 et septembre 2011 », note-t-il.

 

Le géant sud-américain connaît « une désindustrialisation précoce ». L’exportation de produits primaires progresse au détriment des produits industriels. La balance commerciale accuse un déficit croissant des produits des industries de transformation.

 

Ainsi, les échanges avec la Chine sont asymétriques : les Brésiliens exportent des produits primaires, tandis que les Chinois leur vendent des produits manufacturés.

 

La diversification des exportations et le désendettement ont rendu l’économie brésilienne moins vulnérable aux aléas de la conjoncture internationale. « Mais attention, moins de vulnérabilité ne signifie pas moins de fragilité », souligne Salama.

 

Dilma Rousseff a réduit les dépenses publiques de 50 milliards de reais (20 milliards d’euros), alors que l’investissement reste faible (19 % du produit intérieur brut) et les besoins en infrastructures sont considérables en vue de la Coupe du monde de football de 2014 et des Jeux olympiques de 2016 à Rio de Janeiro.

 

 

 

L’austérité pèsera sur la croissance, danger plus grave que l’inflation, selon l'économiste français. A son avis, le marché intérieur devrait être dynamisé par une redistribution des revenus qui ne soit pas limitée aux plus pauvres.

 

Une réforme fiscale est nécessaire pour réduire les effets régressifs de l’impôt. L’effort de réduction de la pauvreté depuis dix ans n’a pas encore diminué substantiellement les inégalités. Enfin, l’adoption de mesures protectionnistes ponctuelles et ciblées contre le dumping social et environnemental des Chinois ne devrait pas être écartée.

 

http://pierre.salama.pagesperso-orange.fr/

Partager cet article

Repost 0
Published by bruno magniez
commenter cet article

commentaires