Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog brunomagniez par : bruno
  •   le blog brunomagniez par : bruno
  • : Blog pour tous les passionnés du Brésil : actualités économiques, sociales et politiques.
  • Contact

Profil

  • bruno magniez

CV

Bruno MAGNIEZ

 
Email : bmagniez@netcourrier.com

 

Docteur en Sciences Economiques

 

Thèse de doctorat Université de Picardie Jules Verne (octobre 2001) :

-          « La place du secteur informel dans l’économie brésilienne : une étude centrée sur le commerce de rue à João Pessoa »
- Thèse sous la direction de B.Lautier, Professeur Université de Paris-I, Panthéon-Sorbonne. Mention très honorable.

-          Jury de thèse : Philippe Hugon, Jaime Marques Pereira, Christian Azais, Bruno Lautier, Christian Palloix


 

Professeur de Sciences Economiques et Sociales


Recherche

12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 11:26

Le Premier ministre François Fillon arrivera au Brésil le mercredi 14 décembre au soir pour une visite de trois jours. Selon notre lettre hebdomadaire confidentielle MOCI news, qui dévoile en exclusivité son programme dans son édition du 8 décembre, il sera accompagné d’une importante délégation de chefs d’entreprises français. Le programme prévoit une rencontre à Sao Paulo avec les chefs d’entreprises brésiliens au siège de la puissante Fédération des industries de l’Etat de Sao Paulo (FIESP) et un entretien avec le gouverneur de cet Etat, Geraldo Alckmin. Le Premier ministre rencontrera aussi la communauté d’affaires françaises et tiendra une conférence de presse axée sur les questions économiques, destinée notamment à expliciter les positions du gouvernement français sur la crise de l’euro. François Fillon a en outre un rendez-vous à Brasilia avec la nouvelle présidente du Brésil, Dilma Rousseff, qui va revêtir une importance cruciale.

dilma-rousseff-minha-casa-minha-vida-brasilia-2011-copie-2.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Depuis son arrivée au pouvoir, le 1er janvier 2011, « Dilma » comme on l’appelle au Brésil, s’est surtout concentrée sur les questions de politique intérieure (programmes sociaux, soutien de la croissance, politique industrielle, lutte contre la corruption, etc.). En matière diplomatique, elle a eu tendance à se démarquer de Lula avec, notamment, un début de rapprochement avec les Etats-Unis. La visite de François Fillon intervient donc à point nommé pour donner un nouvel élan au partenariat stratégique France-Brésil élaboré pendant le mandat de Lula. Le Premier ministre se rendra enfin à Rio de Janeiro où il rencontrera le gouverneur de l’Etat, Sergio Cabral. L’objectif de cette étape sera d’appuyer la présence des entreprises françaises dans les contrats liés aux Jeux olympiques de 2016.

 

 

transnordestina-size-620.jpg

C'est historique : jamais les finances du Brésil n'avaient été aussi bien portantes. Le niveau des réserves de change de la Banque centrale a dépassé de 4 milliards de dollars le montant de la dette extérieure des secteurs publics et privés du pays. _ Décidément, le pays n'en finit plus de surprendre. Lui qui, il y a à peine vingt ans, faisait figure de lanterne rouge des pays en développement, lui qui n'a jamais été dans le vert depuis son indépendance, voici deux siècle, a donc su combler son retard. Déjà, en 2005, le Brésil était parvenu à rembourser sa dette envers le Fonds monétaire international. Hasard de l'histoire, l'artisan de cette prouesse a été le président Lula, fondateur du parti des travailleurs en 1980, qui avait pour slogan à l'époque : “FMI dehors !” C'est désormais chose faite, mais par la grande porte. En fait, le Brésil a été plutôt chanceux ces dernières années. Il a surtout profité d'une très forte demande mondiale pour ses produits, soja, viande de bœuf ou minerai de fer. Et puis, ces derniers mois, la Banque centrale a été bien inspirée d'acheter des dollars pour disposer de liquidités. Résultat : le real, la monnaie nationale, n'a pas cessé de s'apprécier face au dollar ; ce qui lui permet d'importer moins cher. _ Il y a aussi une inflation plutôt maîtrisée, autour de 4% ; et une croissance en pleine forme, 5,25% l'an dernier. Bref, de quoi laisser espérer au Brésil le fameux investment grade, un satisfecit accordé par les agences de notation, qui signifie que les risques encourus par les investisseurs y sont faibles.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by bruno magniez
commenter cet article

commentaires