Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog brunomagniez par : bruno
  •   le blog brunomagniez par : bruno
  • : Blog pour tous les passionnés du Brésil : actualités économiques, sociales et politiques.
  • Contact

Profil

  • bruno magniez

CV

Bruno MAGNIEZ

 
Email : bmagniez@netcourrier.com

 

Docteur en Sciences Economiques

 

Thèse de doctorat Université de Picardie Jules Verne (octobre 2001) :

-          « La place du secteur informel dans l’économie brésilienne : une étude centrée sur le commerce de rue à João Pessoa »
- Thèse sous la direction de B.Lautier, Professeur Université de Paris-I, Panthéon-Sorbonne. Mention très honorable.

-          Jury de thèse : Philippe Hugon, Jaime Marques Pereira, Christian Azais, Bruno Lautier, Christian Palloix


 

Professeur de Sciences Economiques et Sociales


Recherche

30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 14:55

Une Dame de fer succédera samedi à Luis Inacio Lula da Silva à la tête du Brésil. Dilma Rousseff sera la première présidente du pays.

Dilma Rousseff deviendra, samedi, la première femme à diriger le Brésil, mais l'ombre de son charismatique prédécesseur et parrain politique Luiz Inacio Lula da Silva va planer sur son mandat de quatre ans. Cette ex-guerilléra et économiste de 63 ans aura la tâche difficile de faire prospérer l'héritage de Lula, qui a fait du Brésil la huitième économie mondiale. Mais elle fera aussi face à l'éventualité d'un retour de son mentor à la présidentielle de 2014.

Lula, «un homme politique né»

Lula, 65 ans, qui jouit d'une popularité record de 87% après huit ans de pouvoir, avait été empêché par la Constitution brésilienne de briguer un troisième mandat consécutif. Mais il laisse planer le doute sur ses intentions. La semaine dernière, il a, pour la première fois, ouvert la porte à une possible candidature, en affirmant qu'il était «un homme politique né» et «qu'on ne peut jamais dire non» à une nouvelle candidature. Toutefois, à quelques jours de quitter le pouvoir, il a fait marche arrière et déclaré que la «seule possibilité pour que Dilma ne se représente pas en 2014 serait qu'elle ne le souhaite pas». Samedi, la présidente élue parcourera en Rolls Royce découverte l'Esplanade des ministères, au coeur de Brasilia, avant de recevoir l'écharpe présidentielle des mains de Lula, lors d'une cérémonie d'investiture où de nombreux dirigeants latino-américains sont attendus. La secrétaire d'État américaine Hillary Clinton et le numéro deux du gouvernement français, le ministre de la Défense Alain Juppé, feront aussi le déplacement. Le président sortant a profité du traditionnel message de Noël pour demander aux Brésiliens de soutenir la nouvelle présidente qui s'est engagée «à poursuivre une politique favorable à la croissance et à la réduction de la pauvreté».

Cinq femmes ministres

Gage de continuité, elle a conservé dans son gouvernement onze anciens ministres de Lula, dont ceux qui détiennent les postes clés des Finances et de la Défense. Dilma Rousseff a toutefois marqué sa différence en composant le gouvernement le plus féminin de l'histoire du géant sud-américain avec cinq femmes ministres et cinq femmes secrétaires d'État. «Dilma n'est pas Lula. Elle est issue du gouvernement Lula, elle a été son ministre chef et elle ne part pas de zéro. Mais elle imprimera sa marque», selon Rosemary Segurado, professeur de Sciences sociales de l'Université catholique de Sao Paulo.

29 millions de personnes sorties de la misère

Au cours des deux mandats de Lula, 29millions de personnes sont sorties de la misère, plus de la moitié des 191millions de Brésiliens font aujourd'hui partie de la classe moyenne et la croissance devait atteindre 7,6% cette année. Les défis sont toutefois nombreux: le pays est à la traîne en matière de santé et d'éducation, et les réformes de la fiscalité, des retraites et du système politique sont devenues urgentes. De plus, les aéroports et les routes saturés du pays sont une entrave au développement, alors que le pays accueille la Coupe du monde de football en 2014 et les jeux Olympiques en 2016.

Quelques dossiers épineux à résoudre

Le président sortant a aussi laissé à Rousseff quelques dossiers épineux à résoudre, notamment le choix des 36 avions de chasse multi-rôles pour renouveler la flotte de l'armée de l'air, un contrat de plusieurs milliards d'euros. Lula a exprimé sa préférence pour le Rafale français face à ses concurrents américain Boeing et suédois Saab, mais c'est Dilma Rousseff qui devra finalement trancher.

Partager cet article

Repost 0
Published by bruno magniez
commenter cet article

commentaires