Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog brunomagniez par : bruno
  •   le blog brunomagniez par : bruno
  • : Blog pour tous les passionnés du Brésil : actualités économiques, sociales et politiques.
  • Contact

Profil

  • bruno magniez

CV

Bruno MAGNIEZ

 
Email : bmagniez@netcourrier.com

 

Docteur en Sciences Economiques

 

Thèse de doctorat Université de Picardie Jules Verne (octobre 2001) :

-          « La place du secteur informel dans l’économie brésilienne : une étude centrée sur le commerce de rue à João Pessoa »
- Thèse sous la direction de B.Lautier, Professeur Université de Paris-I, Panthéon-Sorbonne. Mention très honorable.

-          Jury de thèse : Philippe Hugon, Jaime Marques Pereira, Christian Azais, Bruno Lautier, Christian Palloix


 

Professeur de Sciences Economiques et Sociales


Recherche

31 mai 2013 5 31 /05 /mai /2013 18:29

Instaurée par l'ex-président Lula, la Bolsa familia est un programme d'aide aux plus démunis qui bénéficie à 52 millions de personnes au Brésil. Il est aujourd'hui copié dans le monde entier.

 

Une personne, puis dix, puis des milliers. Ce samedi 18 mai, une rumeur s'empare des populations pauvres de treize États du Brésil : la Bolsa Familia (Bourse famille), l'allocation qu'ils reçoivent tous les mois, disparaîtrait le soir même. Panique : 900 000 personnes prennent d'assaut les agences de la Caixa Economica, banque publique chargée de sa distribution. Le gouvernement met plusieurs jours à les tranquilliser. Depuis, la police fédérale a identifié la source : les appels mensongers d'une société de télémarketing de Rio.

 favela.jpg

Peu coûteux, très efficace

Cet incident met en lumière l'importance qu'a prise la Bolsa familia, instaurée il y a exactement dix ans, quelques mois après l'arrivée de Luiz Inacio Lula da Silva au pouvoir. Destiné aux familles aux revenus mensuels inférieurs à 13 € par tête, ce programme atteint aujourd'hui 13,9 millions de foyers, soit 52 millions de personnes. « L'intérêt du programme, c'est qu'il est très peu coûteux pour l'État, avec un impact gigantesque sur la population », explique Marcelo Neri, président de l'Institut d'études économiques appliquées (Ipea).

Le gouvernement débourse chaque année 8 milliards d'euros, chaque foyer recevant, en moyenne, 13 dollars par tête. C'est peu, mais les familles très pauvres étant concentrées dans des villages ou périphéries, l'impact local est considérable, relançant le commerce et les petits services, et donc l'emploi.

Surtout, la Bolsa Familia est conditionnée à la scolarisation et la vaccination des enfants. Ce dernier élément, conjugué à l'amélioration de l'alimentation (le gouvernement a introduit des repas à l'école publique) a permis le recul de la mortalité des enfants de moins de 5 ans de 17 %, selon l'Université de Bahia.

Le programme - qui fait des émules en Équateur, en Bolivie, au Ghana ou au Kenya avec la bénédiction de la Banque mondiale - a également constitué une révolution silencieuse pour les femmes : à 90 %, l'aide est à leur nom. Contrairement aux hommes, dont une partie dépense l'argent dans des bars, elles privilégient l'alimentation des enfants. L'impact sur l'éducation est plus décevant : « Le problème, c'est l'indigence de l'école publique dans plusieurs villes », souligne Marcelo Neri.

L'opposition, qui dénonçait une mesure d'assistance qui détournerait de l'emploi, a remisé ses critiques. Nombre de bénéficiaires ont créé une micro-entreprise. Et, surprise, quelque 1,7 million de familles ont volontairement demandé à ne plus recevoir l'allocation, estimant, malgré leurs conditions de vie toujours précaires, qu'elle serait plus utile à d'autres.

Partager cet article

Repost 0
Published by bruno magniez
commenter cet article

commentaires