Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog brunomagniez par : bruno
  •   le blog brunomagniez par : bruno
  • : Blog pour tous les passionnés du Brésil : actualités économiques, sociales et politiques.
  • Contact

Profil

  • bruno magniez

CV

Bruno MAGNIEZ

 
Email : bmagniez@netcourrier.com

 

Docteur en Sciences Economiques

 

Thèse de doctorat Université de Picardie Jules Verne (octobre 2001) :

-          « La place du secteur informel dans l’économie brésilienne : une étude centrée sur le commerce de rue à João Pessoa »
- Thèse sous la direction de B.Lautier, Professeur Université de Paris-I, Panthéon-Sorbonne. Mention très honorable.

-          Jury de thèse : Philippe Hugon, Jaime Marques Pereira, Christian Azais, Bruno Lautier, Christian Palloix


 

Professeur de Sciences Economiques et Sociales


Recherche

3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 18:48

 

bresil_un_developpement_economique_au_rythme_de_la_consomma.jpg

PAC : Programme d'accélération de la croissance

 

 

Le Brésil plus vaste (48% du continent latino américain) et le plus peuplé de l’Amérique latine (192 millions d’habitants), cinquième pays du monde par sa superficie et par le nombre d’habitants, le Brésil possède une économie fortement diversifiée et industrialisée, la plus importante en Amérique du Sud (51% du PIB de ce continent) et au 6ème rang mondial. 

 

Les industries agricole, minière et manufacturière Brésiliennes sont développées, et ses industries des technologies et des services prennent rapidement de l’expansion.

 

Puissance agricole (leader mondial en production de sucre, café, viande de bœuf, poulet et jus d’orange), le pays se hisse progressivement au rang de puissance industrielle (au premier trimestre 2010, la production industrielle du pays a augmenté de 18% par rapport à la même période de 2009).

 

Grâce à d’importantes réformes économiques mises en place, les Brésiliens récoltent aujourd’hui les fruits d’une stabilité et d’une croissance nouvelle et le Brésil enregistre son plus fort taux de croissance depuis ces trente dernière années (estimation de 7,6% pour 2010).

 

Un marché de la consommation en hausse tiré par la classe moyenne

Doté d’une population importante, d’une classe moyenne instruite, de millions de travailleurs qui profitent d’un taux de chômage à la baisse (6,7% en août 2010, taux le plus bas depuis 2002), d’une d’inflation sous contrôle (5,6% prévu pour 2010) et de conditions de crédit plus favorables (152 millions de cartes de crédit en circulation fin 2009), le Brésil voit son importance croître de façon vertigineuse en tant que marché de consommation.

 

Le pays a incorporé 40 millions de nouveaux consommateurs en 10 ans (source Ministère de l’Economie).
La classe aisée (revenu supérieur à 2081,00€), qui représente environ 15% de la population, a vu ses revenus croître de 20% ces deux dernières années, alors que la classe moyenne (482,00€ à 2081,00€) est celle qui a le plus fortement progressé et représente désormais 52% de la population.

 

En 2010, la consommation des ménages devra atteindre les 953 milliards d’euros et augmenter de 40% d’ici 2014 (source FGV.IBGE e LCA).

 

Un mouvement sans précédent des investissements, avec le soutien du Gouvernement


Avec la fin de la période la plus aigüe de la crise financière internationale, le Brésil est entré dans un cycle de croissance continu et l’on assiste à une importante reprise des investissements privés et publics.

 

Au niveau du secteur privé, avec la croissance du marché de la consommation, un grand nombre d’entreprises brésiliennes augmentent leur productivité en investissant dans de nouvelles structures et en biens d’équipement.

Les sociétés internationales ne sont pas en reste et de janvier à novembre 2010, le Brésil a enregistré des investissements externes directs (IED) de 33,136 Mds de USD$, l’équivalent à 1,78% du PIB du pays.

 

Au niveau du secteur public, le pays a développé toute une série de programmes d’incitations aux investissements dans les secteurs des transports (routes, ports, voies ferrées, aéroports), de l’énergie (centrales nucléaire, hydroélectriques, thermiques, énergies renouvelables) et de l’environnement (eau, assainissement, traitement des déchets), sans remettre toutefois en cause la politique économique orthodoxe suivie ces dernières années.

 

On notera, en particulier, les Partenariats Public-Privé (PPP) pour la gestion et le financement de grands projets d’infrastructures et le Plan d’Accélération de la Croissance (PAC), dont l’objectif est d’augmenter le rythme de la croissance (400 Mds d’euros d’investissements publics et privés, prêts bonifiés du BNDES et incitations fiscales). (cf. Problèmes d'Amérique Latine n°78 ci-dessous)

 

bresil-lula.jpg

 

 

Avec l’élection à la présidence du Brésil, le 31 octobre, de Dilma Roussef, la dauphine du Président Lula da Silva, cette politique de développement des infrastructures devra se poursuivre.  

 

Croissance soutenue, consommation en hausse, investisements sans précédent dans les infrastructures, le Brésil traverse donc une période exceptionnelle de son histoire.

 

Longtemps considéré comme le plus faible parmi les BRICs (Brésil, Russie, Inde et Chine), le pays s’impose aujourd’hui comme le véritable leader du Continent Sud Américain et peut légitimement, afficher ses prétentions au niveau international.

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by bruno magniez
commenter cet article

commentaires