Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog brunomagniez par : bruno
  •   le blog brunomagniez par : bruno
  • : Blog pour tous les passionnés du Brésil : actualités économiques, sociales et politiques.
  • Contact

Profil

  • bruno magniez

CV

Bruno MAGNIEZ

 
Email : bmagniez@netcourrier.com

 

Docteur en Sciences Economiques

 

Thèse de doctorat Université de Picardie Jules Verne (octobre 2001) :

-          « La place du secteur informel dans l’économie brésilienne : une étude centrée sur le commerce de rue à João Pessoa »
- Thèse sous la direction de B.Lautier, Professeur Université de Paris-I, Panthéon-Sorbonne. Mention très honorable.

-          Jury de thèse : Philippe Hugon, Jaime Marques Pereira, Christian Azais, Bruno Lautier, Christian Palloix


 

Professeur de Sciences Economiques et Sociales


Recherche

15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 11:24

SAO PAULO (Brésil) - Le Premier ministre François Fillon est arrivé mercredi soir à Sao Paulo, première étape de sa visite au Brésil, géant sud-américain auprès duquel il s'efforcera de porter "un message de confiance" sur l'évolution de la crise en France et en Europe.

M. Fillon, accompagné de trois ministres -Eric Besson (Industrie), David Douillet (Sports) et Henri de Raincourt (Coopération)- mais aussi de près de 30 patrons, a atterri peu après 22H00 locales (00H00 GMT), a-t-on appris auprès de son entourage.

237215_le-premier-ministre-francois-fillon-a-asnieres-sur-o.jpg

 

Avant de rejoindre Brasilia jeudi après-midi pour s'entretenir avec la présidente Dilma Rousseff, le chef du gouvernement passera la matinée dans l'agglomération pauliste, qui concentre 35% du PIB national: il interviendra au siège de la Fédération des industries de l'Etat puis participera à un débat.

 

A 10H45, il s'entretiendra avec le gouverneur de Sao Paulo, Geraldo Alckmin.

Lors de ce volet économique, François Fillon plaidera la cause européenne auprès de la 7e puissance mondiale. "La stagnation de l'économie européenne peut être enrayée", à condition que l'UE se "réorganise et se désendette", a affirmé

 

M. Fillon dans un entretien publié mercredi par la Folha de Sao Paulo.

 

Le Brésil a exprimé ses craintes face aux risques de contagion. Et s'il a enregistré une hausse de son PIB de 7,5% en 2010, il table sur 3,5% cette année. La croissance a même été nulle au troisième trimestre.

Lors de son entretien avec Mme Rousseff -qui reçoit pour la première fois un chef de l'exécutif français depuis son élection fin 2010-, le Premier ministre exprimera aussi la volonté de Paris de pousser plus avant le "Partenariat stratégique" conclu en 2008.

 

Le commerce bilatéral avec le Brésil, un des cinq grands pays émergents, atteint plus de 7 milliards d'euros. Environ 500 entreprises hexagonales -dont 35 du CAC 40- y sont présentes. La France est le 4e investisseur dans le pays.

La coopération bilatérale comporte notamment un volet militaire -construction d'hélicoptères et sous-marins- et Paris espère toujours exporter son avions de chasse Rafale. Mais si François Fillon se dit "confiant", le choix de Brasilia n'interviendra pas avant plusieurs mois.

 

2011-12-15T203553Z_1269470851_GM1E7CG0CZS01_RTRMADP_2_BRAZI.JPG

 

La France compte aussi participer au développement d'infrastructures, lié à la prochaine organisation d'évènements planétaires tels que le Mondial-2014 de football ou les JO de Rio.

M. Fillon terminera sa visite à Rio, vendredi et samedi.

 

 

Relations bilatérales et partenariat stratégique entre le Brésil et la France

 

Les liens étroits d’amitié entre le Brésil et la France reposent traditionnellement sur des valeurs que les deux pays partagent : promotion des principes démocratiques et des droits de l’Homme, renforcement du droit international et du multilatéralisme, promotion du développement et respect de la justice sociale, défense de la paix et de la sécurité, attachement à la non prolifération des armes de destruction massive et au désarmement, protection de l’environnement et de la diversité culturelle.

L’Année du Brésil en France, dont la visite du président Lula, du 12 au 15 juillet 2005, a constitué le point d’orgue, a permis d’accroître les contacts au niveau ministériel. Le partenariat stratégique avec le Brésil a été lancé en mai 2006 lors de la visite d’Etat au Brésil du président Chirac, puis a connu une impulsion décisive lors de la rencontre des présidents Lula et Sarkozy à Saint Georges de l’Oyapock (Guyane) le 12 février 2008, sur notre frontière commune. Il s’est traduit par l’adoption d’un plan d’action ambitieux et la signature de nombreux accords lors du sommet bilatéral de Rio le 23 décembre 2008 (organisé avec le sommet UE-Brésil). La visite du président Sarkozy le 7 septembre 2009, premier chef d’Etat non latino - américain invité d’honneur à la fête nationale brésilienne, a permis de dresser un bilan de la mise en œuvre des projets mis sur les rails et d’ouvrir des pistes nouvelles d’approfondissement d’une relation exceptionnelle. L’Année de la France au Brésil, du 21 avril au 15 novembre 2009, aura permis d’intensifier tous ces échanges et de présenter aux Brésiliens une France moderne, ouverte sur le monde, à la société diverse.

Notre partenariat est à la fois global, fondé sur la réciprocité et équilibré dans ses différents volets. La France s’engage à accompagner le Brésil dans son ambition à devenir un acteur global sur la scène internationale et à penser avec lui les réformes de la gouvernance mondiale et des institutions financières internationaleset préparer de concert les grandes échéancesde l’agenda international (G20, changement climatique et protection de la biodiversité, sécurité alimentaire et réforme de la FAO...). En outre, la France entend l’aider à se doter, grâce à d’importants transferts de technologie, des instruments de souveraineté dans les domaines de l’armement (développement et la construction partagés de quatre sous-marins Scorpene, assistance pour la conception et la construction de la partie non nucléaire du futur SNA brésilien, et achat et construction partagée de 50 hélicoptères de transport militaire EC, [Rafale]), spatial, énergétique et en matière d’innovation. En outre, le spectre de notre partenariat, même s’il ne prétend pas à l’universalité, est particulièrement étendu et concerne des domaines aussi variés que la biodiversité et le développement durable amazoniens, les transports durables et la croissance verte, la formation professionnelle, les relations transfrontalières autour des régions Guyane et Amapa, l’aide au développement en pays tiers, en Afrique et en Haïti...

Relations économiques

 

Le Brésil est notre 1er partenaire commercial en Amérique latine et notre 3ème partenaire hors OCDE et Maghreb, derrière la Chine et la Russie. La France est le 9ème fournisseur du Brésil, avec 2,7 % de part de marché, contre 6,9 % pour l’Allemagne et 14,8 % pour les Etats-Unis. La France achète traditionnellement au Brésil des produits agro-alimentaires (huiles brutes et tourteaux de soja) mais de plus en plus de biens industriels. Elle exporte vers le Brésil des biens d’équipement, notamment des avions, des équipements pour l’automobile et des automobiles, des préparations pharmaceutiques. Nos échanges économiques et commerciaux avec le Brésil ont explosé avec des exportations en augmentation de 50% et des importations de 23%. Pour la première fois depuis 7 ans, un solde positif est constaté (66 millions USD pour des exportations de plus de 3 Mds USD).

Les grandes entreprises françaises poursuivent leur développement dans ce pays (35 entreprises du CAC 40 y sont implantées). Plus de 400 entreprises françaises emploient plus de 400.000 personnes. En matière d’investissements directs, la France est le 4e partenaire du Brésil en termes de stock, avec un encours de près de 19 milliards d’euros (soit deux fois nos IDE en Chine), très nettement devant la Chine (11,8 Mds USD). Nos investissements ont été principalement réalisés dans les secteurs de l’énergie, des télécommunications, des services financiers et de l’agroalimentaire. La France est présente sur quelques projets phare du développement du pays : fin de la construction de la centrale nucléaire « Angra III » avec Areva, transports (tramway et métro) avec Alstom, hydroélectricité avec GDF-Suez...

Coopération culturelle, scientifique et technique

 

Le Brésil est le premier partenaire de la France en Amérique latine pour la coopération scientifique et technique qui est considérée comme exemplaire et fondée sur le partenariat et le cofinancement avec une attention particulière à la recherche et à l’innovation technologique (la France est le deuxième partenaire scientifique du Brésil après les Etats-Unis). La coopération scientifique est structurée autour de formations d’excellence entre universités et par des partenariats de haut niveau entre les organismes de recherche des deux pays. Ils portent notamment sur la biodiversité amazonienne, le génome, les mathématiques fondamentales et appliquées, les changements climatiques, les sciences sociales et humaines. Les programmes de technologies innovantes connaissent un important développement. La coopération technique est menée avec les institutions de l’Etat, les collectivités locales et les entreprises des deux pays (accompagnement des politiques sociales, de l’agriculture familiale durable, de la réforme de l’Etat). 2911 Brésiliens étudient dans les universités françaises et 838 dans les grandes écoles.

L’action en faveur du français et des échanges culturels occupe une place importante de notre coopération. Trois lycées français (São Paulo, Rio, Brasilia) totalisent 2 065 élèves dont environ 1 500 Français. Les Alliances françaises du Brésil constituent le réseau le plus ancien et le plus dense du monde (39 implantations), accueillant 35.000 élèves. Les échanges artistiques -théâtre, arts plastiques, musique, danse- et la formation des professionnels de la culture sont particulièrement intenses. Dans le domaine du livre, les relations entre éditeurs et écrivains des deux pays sont étroites (le Brésil est le premier marché pour le livre français en Amérique du Sud). La coopération audiovisuelle appuie l’aide à la diffusion du cinéma, la promotion des nouvelles musiques françaises et le soutien à l’exportation des programmes de télévision.

Autres types de coopération

 

La coopération décentralisée, officialisée dans par le protocole signé en Guyane le 12 février 2008, connaît un développement soutenu : outre des Assises bilatérales régulières (les dernières à Lyon en décembre 2009), le « comité mixte de suivi de la coopération décentralisée franco-brésilienne », créé par le protocole de 2008, s’est réuni pour la 1ère fois en avril 2009 à Rio de Janeiro.

La coopération transfrontalière entre la France et le Brésil (Etat frontalier d’Amapa) connaît un dynamisme accru, notamment grâce à la tenue des 6èmes consultations transfrontalières du 31 août 2010 à Cayenne (Département de Guyane). Cette coopération permet d’apporter des réponses aux préoccupations de chaque partie liées aux différents risques transfrontaliers (immigration clandestine, sécurité, mouche de la carambole), d’encourager les échanges humains et commerciaux (éducation, circulation) et de développer l’économie de la région amazonienne dans le respect des populations locales et d’un environnement exceptionnel. Enfin, la construction d’un pont sur le fleuve frontalier Oyapock a été approuvée par nos parlements respectifs, et le chantier, lancé en juillet 2009, doit être achevé à la fin du premier semestre 2011. L’ouvrage facilitera la liaison routière Cayenne-Macapa (Etat d’Amapa) et favorisera l’insertion de la Guyane dans son environnement régional. Il donnera lieu à de nouveaux accords de coopération notamment sur les plans policier, commercial et social.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by bruno magniez
commenter cet article

commentaires