Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog brunomagniez par : bruno
  •   le blog brunomagniez par : bruno
  • : Blog pour tous les passionnés du Brésil : actualités économiques, sociales et politiques.
  • Contact

Profil

  • bruno magniez

CV

Bruno MAGNIEZ

 
Email : bmagniez@netcourrier.com

 

Docteur en Sciences Economiques

 

Thèse de doctorat Université de Picardie Jules Verne (octobre 2001) :

-          « La place du secteur informel dans l’économie brésilienne : une étude centrée sur le commerce de rue à João Pessoa »
- Thèse sous la direction de B.Lautier, Professeur Université de Paris-I, Panthéon-Sorbonne. Mention très honorable.

-          Jury de thèse : Philippe Hugon, Jaime Marques Pereira, Christian Azais, Bruno Lautier, Christian Palloix


 

Professeur de Sciences Economiques et Sociales


Recherche

16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 13:29

Un spectre hante l’été brésilien : l’invasion des centres commerciaux par la jeunesse descendue des favelas ou venue des périphéries. « Rolezinho », le terme utilisé par les jeunes, fait désormais la « une » de la presse et les titres des journaux télévisés.

 

Rolezinho au Rio Grande do Sul

 

Pas forcément situés dans les centres-villes, les « shoppings » sont les cathédrales de la société de consommation à l’américaine (aux Etats-Unis, on les appelle « mall »).

 

Au Brésil, ils ont un avantage avoué, la climatisation et la concentration de magasins, et un autre moins avouable : perpétuer la ségrégation sociale dans un espace protégé.

En décembre, des jeunes pauvres se sont invités dans ces temples de la religion consumériste à São Paulo, capitale économique du pays et vitrine de sa prospérité. Pour se rassembler, ils ont utilisé les réseaux sociaux, très prisés par les Brésiliens. La consigne était d’y faire un « rolezinho », un petit tour : pour faire du lèche-vitrine, entonner leurs raps préférés, courtiser les filles.

 

Certains analystes ont cru déceler l’influence des « funk de l’ostentation », ces bals des bidonvilles où les participants exhibent leur goût pour les vêtements et les articles de marque. La présence de ces jeunes détonnait dans les couloirs et dans les « places d’alimentation » des « shoppings » : pas uniquement à cause de leur esprit grégaire et bruyant, mais à cause de leur couleur de peau. En effet, ils étaient noirs ou métissés. Ils avaient transgressés les règles non écrites de l’apartheid social, qui réserve les centres commerciaux à la classe moyenne et aux privilégiés, c'est-à-dire à la minorité blanche (surtout dans le « Sud merveilleux »).

 

Raciste le Brésil ? Avec l’aval de l’éminent sociologue Gilberto Freyre (1900-1987) et du grand romancier Jorge Amado (1912-2001), les Brésiliens prétendent que leur nation est un paradis racial, un exemple réussi de métissage. Le mythe de la démocratie raciale a la vie dure.

 

Seulement, voilà, les faits sont têtus et la tradition orale est imprégnée de préjugés. Exemple classique de blague : si un Blanc court dans la rue, c’est un athlète ; s’il s’agit d’un Noir, c’est sûrement un voleur. Selon un dicton des tristes tropiques : « cada macaco no seu galho » (chaque singe sur sa branche). En d’autres termes, à chacun de connaître sa place, et s’y tenir.

 

Le « rolezinho » est justement un défi aux convenances et aux bienséances, qui expose le non-dit. Les commerçants et les policiers ont réagi à l’irruption des jeunes par la répression, sous prétexte qu’ils venaient pour dévaliser les magasins et leurs clientèles, et pour perturber l’ordre public. D’ailleurs, est-ce un espace public ou privé ? Bonne question. En tout cas, quelques juges leur ont donné raison, d’autres non, invoquant la liberté d’aller et de venir.

 

 

rolezinho

Sur un site d'extrême gauche : "Jeunesse du Brésil, unissez-vous dans les 'rolezinhos'... et occupez les 'shoppings', espaces publics qui sont autant à vous qu'à n'importe quel autre citoyen."

 

 

 

 

 Après les premières interpellations, certaines convocations aux « rolezinhos » ont pris une tournure de protestation, sans pour autant perdre leur caractère festif. Brasilia s’est inquiété, d’autant que le phénomène a dépassé le cadre initial de São Paulo, il est en passe de devenir une mode estivale à l’échelle du pays. Le souvenir de la fronde sociale de juin 2013 est encore frais. Pas question donc de provoquer un dérapage et de nouvelles manifestations l’année du Mondial et des élections (octobre), mais impossible aussi de se mettre à dos les classes moyennes. Comment contenter les uns et les autres, comment doser l’autorité nécessaire alors que la police constitue davantage un problème qu'une solution ?

 

Le dilemme du gouvernement de Dilma Rousseff est de taille. La « nouvelle classe moyenne », formée par tous ceux qui ont profité de la redistribution du revenu national et pris l’ascenseur social pour surmonter la pauvreté, est au cœur de la propagande gouvernementale. Le président Lula, ancien dirigeant métallo, avait exulté en annonçant que les Brésiliens appartenaient désormais majoritairement à la classe moyenne. Alors, ces jeunes pauvres qui ont pris à la lettre ce discours et s’invitent au festin, comment les rejeter et les renvoyer à la case départ ?

 

L’Abrasce, l’association qui représente 264 shoppings du Brésil, est prise de panique et demande à la justice d'infliger de fortes amendes aux indésirables et de filtrer l’accès aux centres commerciaux. Sur quels critères ? Au faciès ? A la couleur de peau ? A la désinvolture avec laquelle on porte les habits ? (Difficile, car les Brésiliens ne sont pas très élégants, surtout en période de canicule) Au fait de se déplacer en groupe ? (Mais c’est le propre de la jeunesse) Au langage argotique ? (Mais comment distinguer l’argot des diverses tribus urbaines ?)

 

L’urbanisation accélérée du Brésil, plus dense que celle de l’Europe, s’est produite au mépris de l’espace public. Si les jeunes de la périphérie rêvent de faire un petit tour aux shoppings, ce n’est pas seulement parce qu’ils regardent trop les feuilletons à la télévision ou les vidéoclips et qu’ils ont envie de rouler des mécaniques. C’est aussi parce que la ségrégation territoriale a été poussée jusqu’à l’enfermement des commerces et des loisirs. On n’y va pas forcément pour faire du shopping, mais aussi pour manger ou pour voir un film : il n’y a presque plus de cinémas hors de ces lieux clos.

 

Le symbole du centre-ville des années 1920, c’était la Cinelandia de Rio de Janeiro, lieu ouvert de convivialité et de mixité, où se retrouvaient haute culture et culture populaire, cinéma, théâtre et musique, expressions importées d’Europe ou des Etats-Unis et création locale, traditions et modernités. Bref, le contraire des centres commerciaux dont l’essor date des années 1980.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by bruno magniez
commenter cet article

commentaires