Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog brunomagniez par : bruno
  •   le blog brunomagniez par : bruno
  • : Blog pour tous les passionnés du Brésil : actualités économiques, sociales et politiques.
  • Contact

Profil

  • bruno magniez

CV

Bruno MAGNIEZ

 
Email : bmagniez@netcourrier.com

 

Docteur en Sciences Economiques

 

Thèse de doctorat Université de Picardie Jules Verne (octobre 2001) :

-          « La place du secteur informel dans l’économie brésilienne : une étude centrée sur le commerce de rue à João Pessoa »
- Thèse sous la direction de B.Lautier, Professeur Université de Paris-I, Panthéon-Sorbonne. Mention très honorable.

-          Jury de thèse : Philippe Hugon, Jaime Marques Pereira, Christian Azais, Bruno Lautier, Christian Palloix


 

Professeur de Sciences Economiques et Sociales


Recherche

2 septembre 2016 5 02 /09 /septembre /2016 10:33

Il remplace Dilma Rousseff jusqu'aux prochaines élections législative et présidentielle de 2018 !!!

Corruption, financement illégal, destitution... Ces mots ont souvent été collés à Dilma Rousseff, la présidente du Brésil destituée mercredi 31 août à l'issue du vote du Sénat. Pourtant, ils vont aussi de pair avec Michel Temer, qui récupère la présidence du Brésil par intérim jusqu'aux prochaines élections présidentielles de 2018 et les autres présidents brésiliens qui ont procédé eux aussi au "maquillage des comptes publics".

Cet homme d'appareil de 75 ans, vice-président de Dilma Rousseff pendant 6 ans, n'a pas un passé limpide. Son nom est notamment cité dans le scandale de corruption généralisée du groupe pétrolier public Petrobras. S'il n'y a pas eu de conséquence judiciaire, son parti, le parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB) est largement éclaboussé.

Autre affaire : le financement illégal de la campagne du PMDB pendant l'élection présidentielle. La Cour électorale régionale l'a condamné à 80.000 dollars d'amende pour avoir dépassé les montants de dons maximum autorisés aux particuliers, ce qui implique une inéligibilité pour une durée de 8 ans.

Repost 0
Published by bruno magniez
commenter cet article
2 septembre 2016 5 02 /09 /septembre /2016 10:26
LE BRÉSIL : UN LABORATOIRE POUR LES SCIENCES SOCIALES

Voici un ouvrage original qui propose de faire connaître le Brésil, en sortant des sentiers battus de la recherche, en dépassant les frontières disciplinaires et méthodologiques. Un ouvrage permettant de découvrir le Brésil sous un jour nouveau, loin des clichés et des images déformantes.

Coordonné par Guillaume Leturcq, Frédéric Louault et Teresa Cristina Schneider Marques ; Préface de Calors Schmidt Arturi
Recherches Amériques latines
SOCIOLOGIE AMÉRIQUE LATINE Brésil

Repost 0
Published by bruno magniez
commenter cet article
13 août 2016 6 13 /08 /août /2016 13:56
2016, Rio de Janeiro et les Jeux Olympiques Une cité réinventée

Rio de Janeiro s’est mis la tête à l’envers pour recevoir les Jeux olympiques d’été de 2016. Pour l’occasion, la Cidade maravilhosa — dont les charmes ne sont plus à vanter — a entrepris une des plus grandes refontes urbaines de son histoire afin de ressembler à l’avenir qu’elle s’imagine. Modèle: Barcelone 1992. Mais voilà, si tout avait bien commencé il y a sept ans, en 2012 une crise politique et économique sans précédent a ébranlé les certitudes d’un avenir que tout le monde peignait en rose. Dans ce contexte, que restera-t-il des J.O. 2016 après la cérémonie de clôture? Quel héritage laisseront-ils à la ville et à ses habitants? Comment ceux-ci vivent-ils les transformations en cours? C’est à ces questions que ce livre tente de répondre.'objectif était ambitieux : "fluidifier les transports publics, faire renaître le port à l'abandon (cf.la photo Museu de Amanhã ou "Musée de Demain"), tenter de "tirer un trait sur la ségrégation sociale qui sépare la cité des riches du monde des favelas". Le résultat est mitigé, écrit Jean-Jacques Fontaine, certes Rio sera prête pour les JO et "certains projets urbanistiques ont été couronnés de succès", à commencer par la renaissance de l'ancien centre, métamorphosé par la démolition de l'autoroute qui le surplombait. Mais d'autres engagements comme la promesse de nettoyer les eaux qui baignent la métropole, ont été abandonnés, 170 millions de dollars au lieu des 4 milliards prévus !

Auteur :

Jean-Jacques FONTAINE, 2016, Rio de Janeiro et les Jeux olympiques- Une Cité réinventée, Paris, Harmattan, 2016, Rio de Janeiro e os Jogos Olimpicos-Uma cidade reinventade, Ed. Prismas, 2016

Jean-Jacques FONTAINE, L'invention du Brésil, Paris, Harmattan, col Amérique latine, 2014

Repost 0
Published by bruno magniez
commenter cet article
11 août 2016 4 11 /08 /août /2016 11:05
La cité de Dieu loin de la frénésie des jeux malgré la médaille en or de Rafaela Silva

La Cité de Dieu, un bidonville de Rio de Janeiro révélé au monde entier par le film du même nom, est revenue à l’avant-scène quand le Brésil a remporté sa première médaille d’or aux présents Jeux olympiques.

La championne de judo, Rafaela Silva, a grandi dans la Cité de Dieu. Sans le sport, l’athlète ne serait peut-être jamais sortie de ce milieu, a-t-elle lancé dans une phrase entrecoupée de pleurs en recevant sa médaille lundi.

Le bidonville d’environ 50 000 habitants est devenu célèbre quand le livre La Cité de Dieu, de Paulo Lins, a été porté au grand écran en 2002 dans un film acclamé par la critique. Le réalisateur, Fernando Meirelles, a d’ailleurs contribué à la conception d’une portion de la cérémonie d’ouverture des Jeux qui portait sur le quartier défavorisé.

Tant le film que le livre dépeignent le portrait d’un quartier où la violence, la pauvreté et le trafic de drogue sont omniprésents. Mais la réalité est beaucoup plus complexe, note d’emblée la chercheuse Mariana Dias Simpson, de l’Institut brésilien d’analyse sociale et économique.

Si la médaillée olympique Silva a mentionné l’endroit d’où elle vient en recevant les honneurs, les habitants de la Cité de Dieu, au contraire, se sentent peu concernés par les Jeux olympiques.

« Ici, on perçoit les jeux comme des chansons populaires de hip-hop », lance Sergio Leal, un habitant du bidonville mieux connu de ses voisins sous son pseudonyme de DJ TR. « Nous sommes comme cet enfant noir qui observe [le hip-hop] de l’extérieur. Nous regardons les Jeux comme si nous étions ailleurs, à l’extérieur. »

La cité de Dieu loin de la frénésie des jeux malgré la médaille en or de Rafaela Silva
Repost 0
Published by bruno magniez
commenter cet article
10 août 2016 3 10 /08 /août /2016 11:09
Rio 2016 : les manifestans politiques brésiliens excluent des stades

Au cinquième jour des Jeux olympiques de Rio, l'ambiance commence à se tendre dans les tribunes. Des opposants au pouvoir brésilien, qui traverse une crise sans précédent, déroulent des banderoles dans le public, ce qui nécessite régulièrement l'intervention du service d'ordre et provoque la colère des Brésiliens.

Plusieurs expulsions des stades. Douze Brésiliens dont une femme de 82 ans n'auront pas pu voir la fin du match opposant la France aux États-Unis en football féminin, samedi. En cause, une inscription "Dehors Temer", en référence au président Michel Temer, ainsi qu'une banderole en anglais demandant le retour de la démocratie dans le pays. Un autre Brésilien a lui été expulsé de l'épreuve de tir à l'arc sous les yeux de sa famille. L'arrestation, filmée, a fait le tour des réseaux sociaux en quelques heures et agace dans le pays. Certains pointent en effet la faible place laissée à la liberté d'expression.

La population en colère. "Si quelqu'un m'avait demandé en tant que bénévole de retirer la pancarte d'un spectateur, je ne l'aurais pas fait", explique Luis Morrera, un bénévole qui s'est préparé pendant plusieurs mois pour les JO, mais a décidé d'abandonner son poste en signe de protestation. "La première action du gouvernement Temer a été de censurer. Celui qui s'est fait expulsé voulait juste exprimer son opinion. Je me sens exclu, comme une bonne partie de la population pauvre de ce pays", regrette-t-il. "Sont acceptés aux JO ceux qui sont d'accord avec le gouvernement Temer ou ceux qui ont l'argent pour se payer un billet."

Face à la polémique, le comité d'organisation a réagi. "Les JO ne sont pas un lieu de manifestation politique", précise-t-il, en se protégeant derrière une loi votée en 2016 et qui régit les messages dans les stades.

Repost 0
Published by bruno magniez
commenter cet article
9 août 2016 2 09 /08 /août /2016 11:18
Forum Social Mondial à Montréal du 9 au 14 aout 2016

La première journée du Forum Social Mondial 2016, le mardi 9, la 12e édition du Forum social mondial 2016 prendra son envol ! Les citoyens et les citoyennes de la région montréalaise se joindront à des personnes venant de 120 pays, partageant le désir de fonder un monde meilleur.

Le FSM se veut un espace ouvert sur le monde et les enjeux sociaux de la planète.

22 Grandes conférences sont organisées dans le cadre du Forum social mondial 2016. Ces conférences ont pour but de sensibiliser les participant-e-s aux défis de l’heure et de stimuler l’engagement citoyen sur des thématiques aussi variées que les changements climatiques, les inégalités socioéconomiques, le racisme, les discriminations, l’impact de la finance internationale et de l’industrie minière, les luttes autochtones, syndicales et féministe, la place des jeunes…

Consultez dès maintenant l’horaire des Grandes conférences et planifiez votre semaine d’activités. Près de 80 conférenciers et conférencières seront parmi nous pour le Forum Social Mondial : https://fsm2016.org/grandes-conferences/

La passe d’inscription FSM à 40$CAD est obligatoire pour assister aux Grandes conférences. Les 10-11-12 août, des tables d’inscription seront disponibles aux entrées (possibilité de tarif solidaire). Cette passe vous donne accès à l’ensemble de la programmation du Forum social mondial 2016. Paiement en argent comptant seulement.

Notez que la programmation est maintenant disponible en ligne, pour consultez la liste des activités autogérés et des activités culturelles :

https://fsm2016.org/activites_liste/ et https://fsm2016.org/programmation/

Repost 0
Published by bruno magniez
commenter cet article
5 août 2016 5 05 /08 /août /2016 11:38
2016, Rio de Janeiro et les Jeux Olympiques Une cité réinventée

Rio de Janeiro s’est mis la tête à l’envers pour recevoir les Jeux olympiques de l’été 2016. Pour l’occasion, la Cidade maravilhosa – dont les charmes ne sont plus à vanter – a entrepris une des plus grandes refontes urbaines de son histoire afin de ressembler à l’avenir qu’elle s’imagine. Modèle : Barcelone 1992. C’est la septième fois en 450 ans d’existence que cette métropole de 12 millions d’habitants fait sa mue. L’objectif est ambitieux : fluidifier les transports publics, faire renaître le port à l’abandon et tirer un trait sur la ségrégation sociale qui sépare la cité des riches du monde des favelas. Mais voilà, si tout avait bien commencé il y a sept ans, en 2012 une crise politique et économique sans précédent a ébranlé les certitudes d’un avenir que tout le monde peignait en rose. Dans ce contexte, que restera-t-il alors des J.O. 2016 après le mois d’août ? Quel héritage laisseront-ils à la ville et à ses habitants ? C’est à ces questions que le livre de Jean-Jacques Fontaine, préfacé par Gilbert Felli, ancien directeur exécutif du CIO, tente de répondre.


Jean-Jacques Fontaine vit à Rio de Janeiro depuis 2007. Il a été correspondant au Brésil entre 1980 et 1989 pour des médias suisses, belges et canadiens avant de travailler pour la Télévision suisse à Genève. En 2014, il a publié aux Éditions L’Harmattan. L’Invention du Brésil, de crise en crise, un géant qui s’affirme. Il collabore avec plusieurs médias et anime le bloghttp://visionbresil.wordpress.com.


ISBN : 978-2-343-09185-3
: http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=50578

Repost 0
Published by bruno magniez
commenter cet article
4 août 2016 4 04 /08 /août /2016 12:23
Brésil : la flamme olympique malmenée dès son arrivée

Le 28 juillet dernier des manifestants brésiliens ont interrompu le parcours de la flamme olympique et ont tenté de l'éteindre. Un épisode révélateur du climat social tendu au Brésil, alors que les JO débutent dans une semaine.

La crainte des autorités brésiliennes semble se confirmer : les Jeux olympiques se dérouleront dans quelques jours dans une ambiance chaude sur le plan social. Le 27 juillet à Angra dos Reis, une ville située près de Rio de Janeiro, des manifestants ont interrompu le parcours de la flamme olympique pour l'intercepter et sont même parvenus à l'éteindre.

Une scène filmée par un vidéaste amateur, où l'on peut voir une foule courir vers le trajet que doit emprunter la flamme et finir par réussir à l'éteindre, dans une ambiance chaotique.

Selon les médias locaux, l'armée est intervenue pour disperser la foule avec des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes. Un enfant a été blessé et le parcours de la flamme a été temporairement suspendu.

La tension sociale est à son maximum au Brésil et de nombreux citoyens protestent contre les sommes colossales mobilisées pour les Jeux olympiques alors que le pays est confronté à de graves difficultés budgétaires.

Repost 0
Published by bruno magniez
commenter cet article
3 août 2016 3 03 /08 /août /2016 14:30

Le développement de Rio de Janeiro ne s'est fait qu'au mépris des plus pauvres

À la flambée de l’immobilier s’ajoute les expulsions d’habitants. De nombreuses associations, à l’instar d’Amnesty International, s’inquiètent des conséquences du développement de l’urbanisme de Rio pour les habitants des favelas. Selon Yves Prigent, responsable du programme "Lutter contre la pauvreté" au sein d’Amnesty International, le développement des projets liés aux JO à Rio "se fait au mépris des plus pauvres. Les habitants des favelas sont les premières victimes. On n’hésite pas à déloger des habitants du centre de la ville pour trouver de la place."

Des centaines de familles ont déjà fait l’objet de ce que l’organisation humanitaire appelle "des expulsions forcées". Yves Prigent a confié à FRANCE 24 que les autorités procèdent régulièrement à des expulsions sans laisser le temps aux habitants des bidonvilles de préparer leur départ, ni même faire de proposition de relogement adapté. "Les habitants des favelas qui ont parfois vécu toute leur vie dans un quartier, qui ont des tissés des liens, qui ont un emploi et une école à proximité pour les enfants se retrouvent du jour au lendemain à la périphérie de la ville, loin des leurs, de leur travail, de leur passé. C’est très traumatisant. "

Si les habitants sont majoritairement satisfaits de voir la police intervenir dans les bidonvilles, de nombreux habitants déplorent la violence des interventions. "Les forces de sécurité de la ville apportent une solution militaire à la violence qui règne déjà dans certains bidonvilles", admet Yves Prigent qui craint que le nombre d’expulsions ne s’intensifie dans les mois à venir pour combler le manque d’infrastructure.

Repost 0
Published by bruno magniez
commenter cet article
14 juillet 2016 4 14 /07 /juillet /2016 12:01
Le Brésil : terre de tous les possibles ?

Fort de ses deux cents millions d’habitants, le Brésil suscite un intérêt croissant maintenant que, depuis une dizaine d’années, il s’est imposé comme une des puissances émergentes d’un monde globalisé. Si les faits à l’origine de ce nouveau statut international sont incontestables, le simple constat de l’émergence occulte pourtant les nombreuses dynamiques qui font l’originalité profonde du pays. Sa trajectoire au cours du vingtième siècle enseigne en effet qu’il a surtout été une terre de possibles, non seulement pour ses habitants, mais aussi en ce qui concerne les formes d’existence collective.

Ce livre veut le montrer sous différents angles, en insistant sur ce qui a fait du Brésil une société ouverte et fluide comme sur ce qui y rend difficile la vie en commun. On verra de la sorte ce que le pays doit à sa formation historique, les bouleversements qui l’ont transformé avec son urbanisation massive et l’inflexion majeure qu’ont représentées les institutions démocratiques mises en place au sortir du régime militaire en 1985.
Cette perspective replace un ensemble de faits et de processus très divers dans une synthèse originale qui propose une lecture sociologique du Brésil contemporain. Elle aborde successivement la question des inégalités et ce qui les a longtemps rendues acceptables, l’idéal du métissage et ses significations, différents types de sociabilité et les tensions qui les accompagnent, avant de s’intéresser au fonctionnement politique. Elle présente ensuite les principaux défis auxquels la démocratie fait aujourd’hui face au Brésil, en faisant la part entre les transformations qu’il a connues depuis la fin de l’autoritarisme et les questions qui restent en suspens.

Dominique Vidal est professeur de sociologie à l’université Paris Diderot et membre de l’unité de recherche Migrations et société (URMIS). Il est notamment l’auteur de La politique au quartier. Rapports sociaux et citoyenneté à Recife (Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998), de Les bonnes de Rio. Emploi domestique et société démocratique (Presses universitaires du Septentrion, 2007) et de Migrants du Mozambique dans le Johannesburg de l’après-apartheid. Travail, frontières, altérité (Karthala-IFAS, 2014).

Repost 0
Published by bruno magniez
commenter cet article